Pâquerette

La pâquerette, simple petite fleur de prairie, donne une huile aux propriétés éclaircissante et raffermissante qui en font un ingrédient cosmétique recherché.

Famille : Composées

Partie utilisée : Fleur, feuille

Botanique : Petite plante vivace comestible, d’environ 20 cm de haut dont les feuilles en forme de spatules s’étalent en rosette au ras du sol. Les fleurs sont des capitules solitaires qui se dressent à l’extrémité d’un pédoncule poilu. Les petits cônes formant leurs cœurs sont entourés d’une collerette blanche teintée de rose. Les pâquerettes s’ouvrent au petit matin et se referment le soir.

Habitat : Europe où elle pousse partout dans les prairies, les pâturages, sur les talus et les terrains engazonnés.

Un peu d’histoire : Son nom latin résume ses qualités « bellis » pour sa beauté, « perennis » pour sa longévité car elle fleurit toute l’année, principalement de mars à novembre et résiste bien au froid.

Utilisation : Maurice Mességué recommandait la pâquerette (associée au thym, à la mauve ou à l’hysope) pour dégager les voies respiratoires en raison de son action expectorante. Mais c’est surtout son usage cosmétique qui est privilégié aujourd’hui car elle combine plusieurs propriétés intéressantes. On peut faire une infusion avec laquelle se lotionner la peau pour l’adoucir et la tonifier. On peut également utiliser l’huile de pâquerette qui éclaircit le teint et estompe les taches brunes. Raffermissante, elle aide à lutter contre le relâchement cutané afin de conserver l’ovale du visage et le galbe du buste.