Radis noir

Le radis noir est un légume à la saveur piquante, pauvre en calories mais riche en vitamine C et en fibres, idéal en hiver pour rester en forme.

Famille : Brassicacées

Partie utilisée : Racine

Botanique : Plante herbacée bisannuelle à feuilles lancéolées disposées en touffes et à fleurs blanches, en grappes. La racine comestible est volumineuse (jusqu’à 50 cm de long), avec une chair blanche et juteuse, recouverte d’une peau noire, sillonnée et rugueuse. C’est un radis d’hiver, que les jardiniers récoltent avant l’apparition des fleurs, car celles -ci monopolisent toutes les ressources de la plante.

Habitat : Inconnu à l’état sauvage, peut-être originaire d’Asie du Sud-Est. Le radis noir est largement cultivé dans les potagers autour de la planète et préfère une exposition ensoleillée, un sol limoneux ou au moins frais et profond.

Un peu d’histoire : Déjà connu par les bâtisseurs de pyramides en Egypte, 2 700 ans avant Jésus-Christ, il a été utilisé par les Grecs et les Romains pour ses propriétés expectorantes. Au Moyen-Âge, on en a fait une arme contre le scorbut (carence en vitamine C) avant que l’on ne lui attribue, à partir du XVIème siècle, la capacité de stimuler le flux biliaire.

Utilisation : Le radis noir peut être consommé l’hiver, cru (pour sa richesse en vitamine C), en soupe ou en jus frais, pour sa faible teneur en calories et la présence importante de fibres. La tradition populaire lui prête des effets apéritif et diurétique ainsi qu’une action stimulante sur le travail de la vésicule biliaire. Maurice Mességué le recommandait en cas d’affection respiratoire pour désencombrer les bronches.

Précautions d’emploi : Le radis noir est déconseillé en cas d’ulcère de l’estomac, de gastrite, de calculs biliaires et de troubles de la thyroïde.