Serpolet

Ce thym sauvage, au goût plus piquant que son cousin, a les mêmes vertus bénéfiques sur la sphère respiratoire : il dégage le nez et apaise la toux.

Famille : Labiées

Parties utilisées : Sommités fleuries

Botanique : Petite herbe vivace traçante, à rameaux nombreux et étalés de 10 à 40 cm, se redressant à leur extrémité. Minuscules feuilles ovales ou oblongues. Petits glomérules de fleurs roses, très odorantes, à l’odeur agréable et pénétrante. La plante forme un tapis parfumé qui embaume les lieux où elle pousse.

Habitat : Zone tempérée européenne, dans les landes, les pâturages, les coteaux et les bords de chemins.

Un peu d’histoire : Dioscoride disait que le serpolet avait des propriétés pour chasser les bêtes venimeuses et pouvait servir d’antidote aux morsures de serpent. Comme les autres plantes aromatiques, il a été utilisé au fil des siècles pour se protéger des épidémies de peste ou de la lèpre.

Utilisation : Il est couramment ajouté aux plats de viandes et de légumes pour son goût épicé et amer et pour faciliter la digestion. Riche en huile essentielle, le serpolet est antiseptique et donc généralement conseillé lors des affections respiratoires pour dégager le nez, désinfecter la sphère ORL et apaiser les quintes de toux.