Tépezcohuite

Le tépezcohuite apporte du réconfort aux peaux sèches, matures ou irritées. Il s’utilise de préférence la nuit, pour que l’épiderme profite au maximum de ses bienfaits.

Famille : Mimosacées

Partie utilisée : Ecorce réduite en poudre

Botanique : Arbuste épineux de 6 m de haut, à feuilles bipennées, à fleurs blanches se regroupant en épis denses avec une gousse lancéolée comprimée entre les graines. La partie active est l’écorce réduite en poudre de saveur farineuse et d’odeur faible.

Habitat : Endémique du Sud-Est du Mexique, dans la région du Chiapas.

Un peu d’histoire : Les guérisseurs Mayas l’utilisaient pour soigner les problèmes de peau : ils saupoudraient la poudre de l’écorce sur les plaies et les brûlures afin de calmer la douleur et d’accélérer la guérison. Cette vertu a été redécouverte lors de l’explosion d’une centrale gazière à Mexico en 1984 où le nombre considérable de brûlés dépassant celui des médicaments disponibles, à obliger à recourir à cette écorce, avec des résultats spectaculaires.

Utilisation : Le tépezcohuite est utilisé dans des cosmétiques, notamment des crèmes de soin formulées pour les peaux sèches, irritées, matures. Il apaise, nourrit, régénère et apporte ainsi confort, souplesse et éclat.

L’info en + : Les tanins, les bio flavonoïdes et les oligo-éléments présents dans l’écorce expliquent l’action favorable du tépezcohuite sur la régénération de la peau et la cicatrisation. Elle contient également un puissant analgésique qui soulage rapidement la douleur, des substance antibiotiques qui évitent l’infection et des acides aminés qui permettent à l’épiderme de garder un bon niveau d’hydratation. Malgré l’intérêt que semble présenter l’écorce de tépezcohuite dans le soin des brûlures, cette indication n’a pas fait l’objet d’études ni d’utilisations en France, sans doute car la plante ne pousse qu’au Mexique, ce qui rend l’approvisionnement aléatoire.